438 603 5050

Un premier trimestre qui fait jaser

En date du 31 mars 2022, la baisse des ventes immobilières se poursuit dans la région métropolitaine de Montréal et les prix, eux, continuent de monter.

Diminution importante

La baisse de l’activité immobilière s’est poursuivie durant le mois de mars, toujours limitée par un nombre particulièrement bas d’inscriptions en vigueur sur le marché.

En effet, il y a eu un total de 5493 transactions résidentielles conclues dans la région métropolitaine de Montréal, ce qui représente une diminution de 13% comparativement à la même période en 2021.

La nouvelle hausse du taux d’intérêt directeur attendue le 13 avril prochain devrait contribuer à calmer un peu le jeu. Les propriétaires pourraient être plus nombreux à mettre leur propriété sur le marché afin de profiter d’une situation de marché encore très favorable. Toutefois, dans un contexte de hausse des taux combiné aux prix qui atteignent de nouveaux sommets, le bassin d’acheteurs potentiels se réduit.

Hausse des prix

Le mois de mars est marqué par une nouvelle hausse vigoureuse des prix. Malgré la baisse de 19% de transactions dans les unifamiliales le prix moyen est à la hausse de 7% et les copropriétés sur l’ile de Montréal s’en tirent encore mieux avec une baisse de 11% du nombre de transactions et une augmentation de 10% du prix moyen. Cette nouvelle poussée de fièvre, sur fond de surenchère, pourrait être une des toutes dernières.

Les facteurs contribuant à une pression à la hausse sur prix sont demeurés présents dans le marché de la région métropolitaine de Montréal, malgré le début d’un cycle haussier du taux directeur :

  • Des conditions de marché toujours tendues, avec un avantage substantiel pour les vendeurs
  • Un environnement compétitif pour les acheteurs où la surenchère touche encore plus de la moitié des transactions
immobilier prix de vente

Les conditions de marché dans tous les secteurs et dans tous les types de propriétés restent à l’avantage des vendeurs. Le ratio de vendeurs versus les acheteurs est toujours à plus ou moins 3 vendeurs pour un acheteur. Fait notable, un marché en équilibre est d’environ 9 vendeurs pour un acheteur. Ce qui implique qu’avec le déséquilibre actuel les prix des propriétés continueront d’augmenter pour les prochains mois et, de beaucoup.

La grande question

Est-ce le temps de vendre et d’acheter? Plus que jamais. L’effet des augmentations de taux d’intérêt combiné à la hausse des prix finira par affecter la vigueur du marché.

Vous voulez en connaitre plus, n’hésitez pas à communiquer avec nous.

Chez REALTA, l’immobilier c’est une question de valeurs.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Toutes les nouvelles immobilières

Ne ratez plus aucune information, inscrivez-vous à notre infolettre et soyez les premiers informés des nouvelles du marché, des statistiques, et des dernières propriétés en vente !

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.